L'orgasme mystique

 

 

 

 

Une des plus belle récente transformation à mes yeux et surtout à mon corps est celui du passage progressif de l’orgasme vers la découverte de l’état orgasmique, l’extase mystique et enfin les orgasmes mystiques.

Je parle ici de mon parcours, je ne prétends rien, je partage tout bonnement et il ne s'agit pas d'un fin en soi. Ce sont les conséquences d'un long chemin de conscience aussi dans ma sexualité.

 

N’y voyez pas des classements rigoureux, médicaux ou scientifiques, simplement la façon la plus juste pour moi de mettre des mots sur mon expérience et vous l’expliquer. Qui sait peut-être qu’il y aura des échos parmi vous qui me lisez… ?

Orgasmes

L’orgasme « classique » point culminant du plaisir sexuel ne fut pas toujours facile à atteindre. Au sein d’une relation amoureuse, l’enjeu du lien induisait en moi une pression psychologique et m’entraînait dans des ruminations mentales qui m’extrayaient du moment même : « Est-ce que je vais jouir ? Il a l’air d’y mettre tellement du sien », « Est-ce que cela ne va pas être trop long à venir et ennuyeux pour lui ? »… et pléthores d’autres pensées qui me tendaient et m’empêchaient de me laisser aller.

 

 

 

 

De plus jusqu’à assez tard dans ma sexualité, je n’avais que des orgasmes à partir du clitoris, la pénétration ne m’y amenait pas. Cette situation me frustrait.

 

Et puis un jour, l’orgasme par pénétration, l’orgasme du clitoris pendant la pénétration et enfin l’orgasme par pénétration plus profonde au niveau du col de l’utérus.

 

L’orgasme comme une décharge physique, électrique, l’orgasme de décharge après lequel je me sentais fatiguée, vidée, hyperdétendue.

Je n’y voyais encore rien de mystique, j’y voyais plutôt ma capacité à lâcher-prise, à ne plus contrôler, à ne plus devoir être comme ceci ou cela fonction des éventuelles attentes de mes partenaires, de l’image idéale que je me faisais de moi-même. C’était un grand pas, rien de mystique, mais déjà…

 

  • Etats orgasmiques

 

Ces états je les rencontre lors de méditations actives : danse en mouvement (Tandava, méditation dynamique, Kundalini…), les exercices d’expression vocale (Nadabrahma par exemple). La sensation qu’une vague orgasmique remonte le long de la colonne jusqu’au sommet du crâne, l’on peut même sentir l’orgasme hors de soi envahir la pièce.

J’ai déjà lors d’une expérience quasi unique au cours d’une réunion avec d’autres personnes totalement détendues et ouvertes aussi bien dans leur corps physique qu’à la discussion. J’ai ressenti ces ondes dans l’atmosphère, comme si la sensualité ou l’orgasmie voyageait dans l’air. La pièce était chargée de cette énergie orgasmique et ce fut comme un partage spontané.

 

 

  • Extase mystique

 

Mais qu’est-ce que l’extase ?

 

Il s’agit tout d’abord d’un état essentiellement physique. Une sensation de bien être total et vécu dans la chair. Un ressenti organique, dissocié de la raison et de l’intelligence. Selon l’encyclopédie philosophique universelle, cet état permet de ressentir l’amour sous sa forme absolue.

Pour la religion, Dieu, le divin est amour. L’extase aurait donc pour vocation d’amener l’homme à une compréhension de Dieu/ du divin à travers la chair.

 

J’ai vécu quelques (rares) moments lors desquels j’ai eu l’expérience de me fondre complètement dans la totalité de l’infini et de l’éternité avec un sentiment océanique de paix, d’amour où je n’existais plus. L’accès à cette extase ne fut pas une simple ballade. J’ai d’abord traversé mes pires zones d’ombres, mes peurs, ma colère et ma rage et surtout mon incapacité ou ma limitation à recevoir/ être l’amour infini, mon égo n’arrivant pas à lâcher de suite tout ce qui fait que je suis moi. Je suis morte.

 

J’ai vécu ces moments lors de périodes de vie où j’ai pratiqué le yoga, le pranayama et la méditation régulièrement en avançant en autodidacte et parfois mon ego mettait la charrue avant les bœufs. Par ces pratiques, j’ai probablement amené une quantité ou qualité d’énergie dans mon système énergétique qui n’était pas encore prêt à la recevoir. Les conséquences furent lourdes et longues: sentiment de ne plus appartenir au monde, des zones de mon corps s’engourdissaient, des plaques d’eczéma sont apparues, j’avais des insomnies, et des angoisses nocturnes, du jour au lendemain j’avais une aversion pour des aliments que j’adorais et étais attirée par d’autres qui ne me disaient rien. J’ai eu des maux de tête insupportables et interminables, j’entendais des sons et voix dans ma tête, un sentiment d’incompréhension face à la tournure de l’état du monde (bon cela reste toujours un peu le cas surtout en ce moment).

 

Le pont culminant dans cette extase mystique fut l’expérience de la médecine du Buffo Alvarius. Un venin de crapaud que l’on fume au cours d’une cérémonie qui vous projette dans l’immensité, plus de Umâ, plus rien ou plutôt tout…

Cela m’a prodigué un vertigineux sentiment d’éternité, d’infini et d’unité avec toute l’existence. Durant l’expérience, il est possible de traverser aussi des moments de grande angoisse qui sont le préambule de la rencontre avec le divin. Ces moments qui précèdent l’extase -  sentiment océanique total de communion avec soi-même et la vie - ressemblent à la sensation d’être jeté dans le vide à grande vitesse avec une dissolution totale de l’ego.

TU ES la divinité, TU ES tout …

 

Cela n’est pas sans rappeler la méditation Maha Mudra (selon Wikipédia : méditation utilisée dans le bouddhisme pour atteindre l’éveil, la réalisation de la nature ultime de l’esprit et de la vacuité, pénétrant tous les phénomènes du saṃsāra et du nirvāṇa.)

 

Et puis la vie après… plus jamais la même. Et notamment dans ma sexualité.

 

 

  • Orgasmes mystiques

 

Les orgasmes mystiques peuvent subvenir lorsque vous canalisez votre énergie orgasmique à son départ dans le bassin, en la guidant le long de la colonne vertébrale vers la tête (la langue collée au palais) en la faisant redescendre par le palais, la langue et le méridien situé à l’avant du corps vers son point de départ dans le bassin. (orbite microscopique) En tous les cas, pour moi.

 

Des soubresauts incontrôlables de votre bassin peuvent subvenir, pendant de longues minutes (voir jusqu’à une dizaine de minutes) entraînant éventuellement un voyage chamanique accompagné de sensations de plaisir quasi psychédéliques, nouvelles, indescriptibles, mêlées à des visions. Comme une sorte de transe que vous pouvez mettre à profit si vous choisissez une intention avant de pratiquer de préférence seule. Ces états extatiques arrivent plus facilement seule ou si vous êtes habitué et en confiance avec votre partenaire.

 

Ces orgasmes peuvent faire voyager hors du temps, à travers d’autres vies, d’autres galaxies, en contact direct avec le grand tout en perpétuelle métamorphose, se réinventant à chaque instant, cet espace où il n’y a plus aucune limite, ni restriction, aucune identification, aucune peur.

 

De telles expériences peuvent transformer tout le ressenti corporel pendant plusieurs jours voire définitivement.. De plus les infos reçues lors de ces moments hors du temps, se font guides dans la vie quotidienne à qui peut les écouter.

 

Personnellement, ils me guident en faisant écho avec ce que je vis, me donnent une direction à prendre, m’éclairent de façon indirecte sur des choix à faire, des relations que je vis, si elles me sont bénéfiques ou pas. Ces signes, messages sont devenus de plus en plus clairs et préhensibles pour mon esprit de moins en moins cartésien.

« Jadis régnait la grande déesse, reine de la vie et de la mort, sa puissance égalait sa sagesse, unis vers elle, les peuples qui la vénéraient prospéraient en paix, il se pressait en foule dans ses innombrables temples, sa grande prêtresse conseillait les rois qui la couvraient d’offrandes, s’ils devaient aller combattre elles s’accouplaient avec eux et par ses orgasmes océaniques elle délivrait la bénédiction de la déesse. »

 

 

  • Témoignage :

 

“Encore une fois!

 

Et quelle fois! Ce fut si intense. Cela a commencé avant même que je ne me me bricole, en m’allongeant dans mon lit, en position latérale fœtale, en fermant les yeux à la recherche des bras de Morphée qui ce soir là se faisait mystérieuse voir insaisissable.

 

Un mal de dents m’écartant définitivement de cette rencontre espérée, je décidai de me lever et de fumer une dernière cigarette.

 

En me recouchant, je décidai de m’accorder ce petit plaisir solitaire qui bien souvent est plus qu’explosif.

Au moment où l’énergie orgasmique est montée dans mon corps, sa puissance fut tellement intense, que je laissais échapper un « Oooohhh », la bouche en cul de poule.Généralement, les soubresauts de mon bassin surviennent lorsque la sensation redescend. Sa trajectoire part de mon sacrum et remonte le long de mon dos. Si à ce moment je pose le bout de ma langue sur mon palais pour laisser passer l’énergie qui a inondé mon cerveau, elle redescend sur le devant du corps et en revenant dans le bassin, le soulève et l’agite de spasmes qui peuvent continuer pendant une bonne dizaine de minutes.Je me suis redressée sous la puissance de cette vague montante, l’air étonné. Il y a eu plusieurs vagues montantes, en général ce n’est qu’une seule.Je garde le bout de la langue collé au palais. Je suis encore parcourue de plusieurs vagues de jouissance. Je sens mon bassin s’ouvrir en une implosion douce .Je le sens inondé de l’intérieur, envahi d’ondes qui montent et redescendent.

 

Je garde le doigt immobile posé délicatement sur mon clitoris.Et là je pars, je pars en circonvolutions physiques, je me tortille, je frétille, tremble, mes yeux fermés se retournent. Je traverse des couleurs, des formes lumineuses. L’espace se distord, je monte, plonge, tourne dans un espace subtil, je me sens aspirée à droite, à gauche, comme si j’étais emportée dans un tourbillon ou un tube. L’impression d’être partout, de visiter des époques, de voir des scènes défiler devant moi. Je distingue parfois nettement les détails de ces scènes. Parfois je les survole comme si je ne devais pas m’y attarder sans savoir pourquoi, sans avoir le choix ma bouche toujours ouverte émet des râles, des sons nouveaux et mystérieux. Une langue inconnue sort de ma bouche et met en sons les mouvements de mon corps et ces énergies qui le traversent et l’animent.

 

Mon corps se tortille toujours sensuellement et suavement dans un mouvement organique incontrôlable.

Je me sens propulsée dans toutes les directions. La cadence s’accélère. Je débouche dans un vide silencieux, une vacuité où tout se trouve, seule, sans plus aucune limite. Je me dissous et ma respiration se met en pause un moment, un long moment avant que je ne m’en rende compte, avant que je ne reprenne une inspiration comme après un long moment d’apnée.

 

Je me sens à nouveau ballotée comme sur des montagnes russes, l’impression que mille dimensions co-existent, que mon corps les explore toutes en mêmes temps. Le mental est à l’arrêt. Je voyage toujours intérieurement, des tunnels, des scènes de vie, des images, des impressions…

 

Devant moi un monstre en pierre colossal aux dents longues et pointues. Je me précipite sur lui, comme Jeanne d’Arc avec son épée sur son cheval se précipite sur la bataille.Je n’ai pas peur, je me sens téméraire, j’ose, je fonce et le percute. À cet instant, je plonge dans un espace noir et dense. Un second moment d’apnée et dans cet espace je flotte. Un silence infini envahit tout mon être, envahit tout : densité, obscurité, silence, sensation de vacuité répétée, je sens mon cœur qui bat de moins en moins vite, mais de plus en plus fort.Un tambour qui frappe à l’intérieur de ma poitrine, de mon thorax et à l’inspire, mon corps se remet en mouvement de façon plus dynamique cette fois, je danse dans mon lit, je valse avec ma couette, je fais des nœuds dans mes cheveux en faisant non de la tête. Un « non » qui exprime un grand « oui ». J’accepte, oui je m’ouvre, je n’ai pas peur… L’instant d’après cet espace mouvant, coloré et multidimensionnel se déchire et toujours sans volonté, je plonge dans cette déchirure.

 

Là où tout a commencé.

 

Les tourbillons deviennent plus forts. Je n’ai plus de maitrise. Des sensations psychédéliques me parcourent. Mon corps s’ouvre et se reconstitue, explose… Mon esprit ne peut plus suivre. Je vis une expérience de voyage transchamanique, un moment mystique si intense qu’à ce moment j’ai peur de perdre pied, j’ai peur seule dans mon lit. Peur de ne pouvoir revenir si je me laisse aller. J’ai peur de me perdre dans ces espaces inconnus, peur que mon cœur explose, peur de ne pas retrouver le chemin de retour, peur de ne pouvoir soutenir l’intensité de cet orgasme.Tant de peurs…

 

J’ouvre les yeux pour atténuer, revenir à la réalité. Je vois le parfond de ma chambre, la poutre au-dessus de moi, je sens à nouveau le contact avec mon lit et ma couette.

 

Mon cœur tambourine toujours de façon très lente et intense. Deux larmes coulent.Je suis éprouvée mais heureuse.

Je ne sais pas à qui parler de ces expériences, qu’en faire. J’ai l’impression que l’orgasme est une porte par laquelle je passe et entre dans une dimension de prêtrise. Une connexion à ce grand tout qui se renouvelle sans cesse, qui demande de lâcher les oripeaux mentaux qui nous limitent. Je sais que la prochaine expérience sera plus forte encore j’aimerais quelqu’un près de moi pour me tenir la main, comme une amarre pour ne pas me perdre et ne jamais revenir.”

 

V. 44 ans.

Si vous vivez des expériences similaires ou qui font écho, n’hésitez pas à les partager, si le sujet vous intéresse, je vous invite aussi à  me contacter. Voici mon email: sahajiyah@gmail.com. Je me ferai un plaisir de vous répondre, d’entrer en écho…

 

 

Avec amour

 

Auteure: Umâ Aum